Historique

Congrégation du Sacré-Coeur de Jésus

Peu de temps après la mort de sainte Marguerite Marie (le 17 octobre 1690) fut introduit à Saint-Julien-du-Gua la dévotion au Sacré Cœur de Jésus, par Monsieur l’abbé Blachère, prêtre qui desservit la paroisse durant quarante-deux ans (de 1720 à 1761).

Après son départ vers Dieu, cette paroisse resta fidèle au culte du divin Cœur. Cette paroisse avait été consacrée au Sacré Cœur de Jésus par ce prêtre. En remerciement à cette fidélité, le Seigneur inspira la population de Saint-Julien-du-Gua à fonder elle-même la Congrégation du Sacré-Cœur. Fait extraordinaire voire unique dans l’histoire de l’Eglise. Dieu favorisera cela par un miracle dû au Père ROUVILLE, jésuite et confesseur de la foi «mort martyr en haine de la foi» en 1794 à Privas.

Vers 1801, les habitants de Saint-Julien-du-Gua demandèrent à Mademoiselle Suzanne CHARBONNIER (née le 9 novembre 1795) de s’occuper de l’instruction et de l’éducation de leurs enfants, comme en leur temps l’ont eu fait les Soeurs du Très-Saint- Sacrement, avant la Révolution. Suzanne leur fit remarquer, qu’étant bègue, elle ne pouvait répondre à leur demande.

« Nous demanderons votre guérison au Père ROUVILLE ». La population se mit en prières et, après neuf jours, une délégation se rendit en pèlerinage au tombeau du
« martyr » de la Révolution. Suzanne qui faisait partie des pèlerins remonta à Saint-Juliendu-Gua complètement guérie. Convaincue, par ce miracle, que la demande de la
population répondait à l’appel de Dieu, elle fit la classe et jeta les bases de la nouvelle congrégation. Elle va mettre en oeuvre les moyens nécessaires afin d’instruire les enfants. Pour cela, elle va s’adresser à Madame RIVIER (fondatrice de la Congrégation des Religieuses de la Présentation de Marie). Auprès d’elle, Suzanne va se former pour l’instruction de la jeunesse mais également dans la formation d’une congrégation religieuse.

En 1802 Françoise ROURE est la première à se mettre sous la conduite de Suzanne CHARBONNIER. Le 11 novembre 1810 a lieu leur prise d’habit dans l’église paroissiale
de Saint-Julien-du-Gua. Elles deviennent les pierres fondatrices de cette congrégation naissante. Suzanne prendra le nom de Soeur Saint-Julien et Françoise celui de Soeur Marie. Suite à la tourmente révolutionnaire, le village resta sans prêtre (de 1797 à 1816) jusqu’au moment où arriva le 14 août 1816 l’abbé Martin COSTE (né le 25 décembre
1791), qui devint le premier organisateur de cette fondation. Dès son arrivée il se mettra au service de la Congrégation. Il en deviendra le Supérieur et Soeur Saint-Julien la
première Supérieure.

PRIVAS deviendra le siège de la Maison-Mère de la Congrégation du Sacré-Coeur de Jésus par le décret impérial du 14 janvier 1861.

 

Congrégation du Sacré-Coeur de Jésus et du saint Coeur de Marie

Parallèlement à la congrégation, une histoire similaire va se dérouler dans la paroisse d’Etables où le 1er janvier 1817 le Père Jean-Baptiste CHABANEL est nommé comme prêtre. L’oeuvre urgente était l’établissement d’une école afin de se consacrer à l’instruction des enfants.

Parmi les paroissiens qui aident à la restauration de l’église, deux demoiselles n'ayant que pour seul souhait de s’adonner entièrement au service de Dieu : Anne DELHOMME et Madeleine BOUVET. La première sera envoyée par l’abbé CHABANEL au pensionnat de Thueyts, tenu par Mère Marie RIVIER.

Avec l’aide de ses deux demoiselles, le Père CHABANEL commença à instruire les enfants d’Etables, à soigner les malades et à entretenir l’église.

Elles revêtiront l’habit religieux le 1er janvier 1819. Anne portera le nom de Soeur du Sacré-Coeur et Madeleine celui de Soeur Saint-Louis. Cette Congrégation naissante sera sous le vocable du Sacré-Coeur de Jésus et du Saint Coeur de Marie. Les difficultés ne manqueront pas, cependant plusieurs écoles verront le jour sur les communes de Empurany, Charmes et Saint-Rambert d’Albon. La Communauté, suite à de graves problèmes, dut migrer sur Tournon puis sur Peaugres où celle-ci s'y installa pendant treize ans. Suite à plusieurs incendies les religieuses s’installeront définitivement à Tournon en 1859.

 

Le rapprochement

Depuis le 24 septembre 1949, les deux Congrégations ne font plus qu’une : la Congrégation des Coeurs de Jésus et de Marie ayant pour Maison-Mère Tournon.
Aujourd’hui, la Congrégation est implantée dans six diocèses : VIVIERS, VALENCE, GRENOBLE, LYON, PERIGUEUX-SARLAT et BELLEY-ARS. Mais également, dans un souci de répondre à l’Eglise en faveur des missions lointaines, elle est présente sur l’île de MADAGASCAR depuis 1970. Elle y fondera l’école de Notre-Dame de Lourdes à Mandjakandriana et y apportera une aide précieuse aux habitants des villages avoisinants.

 

 

Congrégation du Coeur de Jésus et de Marie :

https://www.congregation-cjm-tournon.fr

Visite 360° virtuelle des établissements

Contactez-nous

Pour toutes question vous pouvez nous laissez un message dans le formulaire ci-dessous, en choississant l'établissement.