SCND

lycée des métiers  NOTRE DAME lycee_pro_accueil.htmlshapeimage_3_link_0
centre de formation ME  NOTRE DAME centre_de_formation.htmlshapeimage_4_link_0
ensemble  SACRE COEUR - NOTRE DAMEAccueil.htmlshapeimage_5_link_0
collège  du SACRE COEUR college.htmlshapeimage_6_link_0
lycée  du SACRE COEUR lycee.htmlshapeimage_7_link_0
école maternelle  NOTRE DAME ecole_maternelle.htmlshapeimage_8_link_0
SC
ND
SC
ND
SC
ND
SC
ND
SC
ND
projet pédagogique du CFME Notre Dame

A. Finalités et principes d’action

Le moniteur-éducateur exerce ses fonctions auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes inadaptés ou handicapés ou en situation de dépendance. Il assure, à ce titre, l’animation et l’organisation de la vie quotidienne de ces personnes, à l’action éducative desquelles il participe en liaison avec les autres professionnels de l’éducation spécialisée.

La formation du moniteur-éducateur se structure à partir d’objectifs professionnels qui visent :
à développer ses capacités relationnelles dans une approche aussi bien individuelle que collective;
à renforcer ses aptitudes à l’animation et à la conduite d’un groupe;
à lui donner les outils nécessaires à la participation à un travail pédagogique ou éducatif d’équipe dans les établissements ou services du champ éducatif ou social.

Le moniteur-éducateur travaille généralement en équipe pluridisciplinaire. Il intervient dans une relation d’aide aux personnes en difficulté, visant à la promotion de l’autonomie, et/ou de l’insertion sociale. Il privilégie une relation authentique et personnelle à travers les événements et activités de la vie quotidienne.
Parce que le moniteur-éducateur intervient auprès de personnes qui éprouvent des difficultés d’adaptation d’ordre physique, intellectuel, social ou affectif, l’enjeu est de former des professionnels pragmatiques, responsables et autonomes.

Ce qui nécessite une approche sur trois dimensions essentielles:
La dimension professionnelle.
Se former à un rôle éducatif, apprendre à assumer des responsabilités, c’est acquérir des connaissances, mais c’est aussi s’entraîner à comprendre les situations d’intervention dans leur complexité, et à prendre les décisions opportunes.
La formation sociale.
Savoir participer, coopérer, communiquer, telles sont les trois conditions majeures pour se rendre disponible à l’autre. D’où la nécessité d’un travail sur soi pour développer ses capacités à écouter l’autre, à le comprendre dans sa singularité, à discuter de façon constructive.
La formation personnelle.
Accroître le potentiel et la valeur opérationnelle du stagiaire, futur moniteur-éducateur, suppose que priorité soit donnée à l’approfondissement de la réflexion personnelle, à la formulation claire de la pensée et au développement du sens psychologique.
L’adéquation formation-emploi des moniteurs-éducateurs est donc un enjeu à trois composantes: savoir, mais aussi savoir-faire et, peut-être plus encore, savoir-être. Pour être capables d’intégrer une équipe socio-éducative, les stagiaires devront non seulement acquérir des connaissances théoriques et techniques, mais également adopter des attitudes relationnelles et développer des qualités humaines… Ainsi, la manière d’apprendre, en centre de formation, conditionne la façon dont le futur moniteur-éducateur utilisera ses compétences, au sein d’une équipe socio-éducative.
Il nous semble en effet essentiel qu’aux connaissances techniques et professionnelles, soit associée une réflexion de fond sur le sens du travail et sa dimension éminemment humaine. 
Or cette réflexion n’engage pas que l’esprit. Elle ne se cantonne pas au seul plan cérébral. Parce qu’elle met en cause la totalité de la personne, elle implique que soient également interrogés les sentiments qu’éprouve le stagiaire et les significations pratiques que prennent pour lui les diverses modalités de l’intervention éducative.
“Centré sur l’apprenant”, notre projet pédagogique établit donc les conditions d’un travail sur soi en profondeur. 

Un tel apprentissage, associant expérimentation personnelle et recherche de sens, peut se définir à partir de 5 idées-forces :

1) L’engagement personnel
Dans un apprentissage de ce genre, c’est la personne toute entière qui se trouve impliquée dans ses dimensions cognitive et affective.

2) L’initiative du stagiaire
Même si les objectifs, les exigences, les stimulations semblent apportés de l’extérieur (le cadre institutionnel, le milieu professionnel, les formateurs…), il importe de rechercher à l’intérieur du stagiaire lui-même, la motivation pour découvrir, atteindre, saisir et comprendre.

3) La profondeur de l’apprentissage
Celui-ci change quelque chose dans le comportement, les attitudes, voire dans la personnalité  même du stagiaire.

4) L’importance de l’auto-évaluation
Au fur et à mesure que son expérience pratique s’accroît (et notamment au fil des stages), le stagiaire sait bien si l’apprentissage reçu rencontre ses besoins propres, le conduit à ce que lui-même veut connaître et s’il éclaire la zone d’ignorance qu’il est en train d’explorer. En dernière analyse, l’instance d’évaluation, le ”lieu de l’évaluation” se trouve réellement dans le stagiaire.

5) Un apprentissage essentiellement signifiant
A chaque étape-clé, la démarche pédagogique prend une signification d’autant plus pertinente qu’elle est ancrée dans l’expérience toute entière du stagiaire (aussi bien dans l’analyse de son vécu personnel - travail sur soi -, que de son implication en tant que membre du groupe en formation ou de son intégration à une équipe socio-éducative, lors des périodes de stage).


B. Moyens pédagogiques choisis pour la mise en oeuvre du programme de formation


Notre projet met l’accent de façon prioritaire sur les personnes et leur interaction. Nous croyons en effet que ce parti pris aboutit in fine à une créativité plus grande dans les moyens pédagogiques mis en oeuvre pour acquérir les contenus  et à plus de réalisme face aux exigences institutionnelles qui sont, après tout, l’expression des nécessités de l’intervention professionnelle. Bien entendu, cette façon de centrer notre projet sur le stagiaire “en situation professionnelle d’apprentissage” suppose une démarche pédagogique (la procédure) particulièrement rigoureuse.

1) les personnes
La caractéristique fondamentale de notre démarche consiste à encourager les stagiaires moniteurs-éducateurs à explorer leurs propres objectifs, leurs besoins, leurs sentiments, leurs idées, leurs expériences…
Pour ce faire, deux moyens complémentaires: 
des séquences “centrées-sur-le-formateur”, dans lesquelles celui-ci présentera ses propres idées et fera le lien entre les concepts du cours et l’expérience qu’il a vécu sur le terrain, en équipe socio-éducative (COURS EN PROMOTION COMPLETE).
des séquences  “centrées-sur-les-stagiaires”, consacrées à la discussion en groupes, ,ce sera l’occasion d’apprendre à relire son expérience en équipe, à analyser son implication et mieux comprendre sa propre attitude (TRAVAUX DIRIGES EN DEMI-GROUPE).

2) les interactions
Un certain nombre de conditions doivent être mises en oeuvre pour que s’établissent entre les différents acteurs du processus de formation (formateurs permanents, intervenants professionnels ou institutionnels, stagiaires…) des relations d’apprentissage stimulantes.

On peut mentionner notamment:
la nécessité d’être confronté à un problème réel, motivant
la confiance en la capacité de l’être humain à progresser, à développer des potentialités
la certitude de trouver, aussi bien chez l’enseignant que dans le groupe des stagiaires en formation, un engagement authentique
l’acceptation empathique de chacun des participants à la formation, par autrui aussi bien que par le groupe en tant qu’entité collective
la diversité des ressources et des moyens pour apprendre

Ces principes sont notamment appliqués dans les 3 modalités de cours qui suivent:

 L’échange autour de cas et d’expériences réels
Il s’agit, pour les formateurs permanents ou pour les intervenants ponctuels, de faire partager aux stagiaires les problématiques auxquelles ils ont été confrontés dans leur activité professionnelle.
L’enjeu est double:
faire prendre conscience au stagiaire en formation que les questions vues en cours ne renvoient pas seulement à des concepts théoriques!
présenter l’enseignant avant tout comme un professionnel, qui a du résoudre, avec ses motivations et ses compétences propres, les difficultés que le stagiaire rencontrera ultérieurement.

Le tutorat
Heures de “tutorat et vie professionnelle”, heures de “visites sur le lieu de stage”, ces deux dispositifs individualisés participent d’un tutorat indispensable pour une formation “centrée-sur-la-personne”. Chaque stagiaire se voit attribuer un tuteur (professionnel de l’action socio-éducative en activité, employé à mi-temps par le centre de formation) qui a la responsabilité de suivre sa formation - notamment en travaillant sur l’articulation théorie/pratique -, de répondre à ses questions, de le guider dans ses recherches et de l’assister dans sa démarche-terrain lors des stages.
Pour que ce tutorat soit efficace, les tuteurs se réunissent régulièrement pour évaluer leur action et développer la démarche tutorale comme axe de professionnalisation de la formation.

Les séances de travail en groupes restreints
Dénommées “Journées tutorat” et “Regroupements en cours de stage”, ces séances sont animées par les tuteurs (voir ci-dessus). La promotion est scindée en 3 groupes à cette occasion. Il s’agit d’utiliser le groupe restreint et sa dynamique pour analyser les attitudes spontanées des stagiaires et développer des comportements qui s’inscrivent dans une démarche socio-éducative pertinente et professionnelle.
Il faut noter qu’une formation au travail en groupe et aux différentes approches psycho-sociologiques de la dynamique des groupes restreints est prévue dans le cadre de l’UF1 et peut constituer un préalable méthodologique à ces séances.



3) la procédure
Notre démarche pédagogique vise à atteindre de manière concertée les objectifs suivants:

Donner priorité à la personne du stagiaire, acteur de sa formation
Adopter une approche résolument réaliste, validée systématiquement par l’expérience-terrain. Ceci concerne le choix des formateurs et intervenants, les concepts opérationnels enseignés, mais aussi les méthodes de formation privilégiées (expérimentales, participatives, actives)
S’obliger à la rigueur. Le domaine socio-éducatif ne peut se contenter d’approches subjectives. Les procédures d’évaluation de l’action, les outils de mise en oeuvre et de contrôle des interventions sont des éléments-clés. L’objectif est donc de diffuser, dans les contenus d’enseignement comme dans l’organisation pédagogique, des outils de gestion et de pilotage du changement, structurés (et structurants!), adaptés au contexte socio-éducatif. 
Du fait que le cours donne priorité au stagiaire, il est important de prendre comme point de départ les motivations des élèves. Il convient donc de s’appuyer sur les données fournies par les jurys de sélection des candidats, d’aménager et de travailler systématiquement, pour chacun des cours constituant les 6 unités de formation, à faire établir par les stagiaires, des liens entre les objectifs du cours et leurs propres buts de formation. 
Enfin, nous avons souhaité diversifier le plus possible les moyens pédagogiques mis en oeuvre pour pour réaliser ces objectifs, avec le souci constant d’une approche créative.